Le Marché Automobile Français Connaît sa Première Baisse Depuis 2022

Le Marché Automobile Français Connaît sa Première Baisse Depuis 2022

Le marché automobile français, qui avait connu une période de croissance continue depuis 2022, fait face à un retournement de tendance avec une baisse de 2,91 % en mai 2024. Ce recul marque la fin d'une période de reprise soutenue, influencée par la baisse des volumes liés au leasing électrique. La tendance baissière observée pourrait bien se poursuivre pour le reste de l'année.

Un Tournant pour le Marché Automobile Français

Le mois de mai 2024 a été marqué par une baisse notable des immatriculations de voitures particulières neuves en France. Avec 141 298 immatriculations enregistrées, le marché affiche une baisse de 2,91 % par rapport à mai 2023. Il s'agit de la première baisse depuis le milieu de l'année 2022, une période où la croissance avait été ininterrompue malgré des conditions économiques parfois difficiles.

Julien Billon, directeur général de AAA Data, explique : « Le marché automobile en mai 2024 est en baisse de 2,91 %. La tendance depuis le début de l’année reste en croissance à +4,90 %, tout en étant bien moins dynamique que la croissance du marché 2023. Les véhicules 100 % électriques sont la 2ème motorisation préférée des particuliers, au mois de mai et au cumul de janvier à mai 2024 ».

Malgré cette baisse en mai, le cumul des immatriculations pour les cinq premiers mois de 2024 reste positif avec 733 178 immatriculations, soit une hausse de 4,90 % par rapport à la même période en 2023. Cette hausse, bien que positive, est nettement inférieure à celle de 2023, qui avait enregistré une croissance de 16,32 %. Le marché de mai 2024 se maintient au niveau de 2021 mais reste inférieur à la moyenne des mois de mai des dix dernières années, qui s'établit à 157 000 unités.

Le marché automobile français retrouve, comme ses homologues européens, une tendance baissière. C'est une première depuis 2022 où la hausse était ininterrompue malgré des vents contraires. Une tendance orientée à la baisse qui risque de se poursuivre sur le reste de l'année 2024.

En effet, d’après les données compilées par AAA Data, en mai 2024, avec 141 298 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en baisse de 2,91% en données brutes par rapport à mai 2023 (19 jours en Mai 2024 et 19 jours en Mai 2023). Malgré tout, au cumul des cinq premiers mois de 2024, avec 733 178 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves est en hausse de 4,90% en données brutes (104 jours de Janvier à Mai 2024 et 103 jours de Janvier à Mai 2023).

« Le marché automobile en mai 2024 est en baisse 2,91% », explique Julien Billon directeur général de AAA Data. «La tendance depuis le début de l’année reste en croissance à +4,90% tout en étant bien moins dynamique que la croissance du marché 2023. Les véhicules 100% électriques sont la 2ème motorisation préférée des particuliers, au mois de mai et au cumul de janvier à mai 2024 ».

Une Croissance du Mix Électrique

Malgré la baisse globale du marché, la part des véhicules électrifiés continue de croître. En mai 2024, les véhicules électriques, hybrides, hybrides rechargeables et mild hybrides représentent près de 60 % du marché automobile français, contre 48 % en mai 2023. Cette croissance est soutenue par des incitations gouvernementales visant à verdir le parc automobile et à promouvoir la transition vers des véhicules moins polluants.

Les véhicules 100 % électriques confirment leur rang de 3ème motorisation préférée du marché français (17 %) après les essences (30 %) et les hybrides (19 %). Viennent en 4ème position les mild-hybrides (15 %), les diésels (8 %), les hybrides plug-in (7 %) et enfin les GPL (4 %). Après le contrecoup de l’effet leasing électrique, les commandes repartiraient légèrement à la hausse de 4,5 % au mois d’avril d'après des estimations réalisées par la PFA et la CSIAM.

Le modèle incitatif d’aide au verdissement du parc automobile permet, malgré cette baisse de marché, de poursuivre la substitution des modèles thermiques par des modèles électrifiés. La trajectoire de croissance du mix électrique est encore confirmée ce mois-ci pour atteindre près de 60% du marché automobile français électrifié (Hybrides, Hybrides rechargeables, Mild hybrides et 100% électriques) contre 48% en mai 2023.

Les commandes en légère hausse des véhicules électriques témoignent d'un intérêt croissant des consommateurs pour des alternatives plus écologiques. Cependant, cette transition n'est pas sans défis, notamment en termes d'infrastructure de recharge et de coût initial des véhicules électriques, qui restent des obstacles pour une adoption encore plus large.

Les Marques Françaises en Difficulté

Les marques françaises ont particulièrement souffert en mai 2024. Stellantis, le groupe qui englobe Peugeot, Citroën, Opel et autres, affiche un fort recul de 10,08 %. Citroën enregistre une baisse de 9,52 % et Peugeot de 11,78 %. Le groupe Renault n'est pas en reste, avec une baisse de 4,73 %. Si la marque Renault affiche une légère hausse de 0,45 %, Dacia accuse une forte baisse de 15,25 %.

Toujours en mai 2024, on note que Stellantis affiche un fort recul de 10,08% avec un impact fort pour Citroën (-9,52%) et Peugeot (-11,78%). Au niveau du groupe Renault (-4,73%), la baisse est mieux contrôlée avec Renault (+0,45%) même si Dacia enregistre une forte baisse de -15,25%.

Ce recul des marques françaises est préoccupant dans un contexte où la concurrence internationale, notamment des marques asiatiques, continue de gagner des parts de marché. Les constructeurs français doivent redoubler d'efforts pour innover et s'adapter aux nouvelles attentes des consommateurs, en particulier en matière de mobilité durable et de technologies avancées.

La baisse de Stellantis, par exemple, pourrait s'expliquer par plusieurs facteurs, dont la concurrence accrue, des problèmes de chaîne d'approvisionnement, ou une demande moins forte pour certains modèles. De même, la forte baisse de Dacia, malgré son positionnement attractif sur le marché, indique que même les segments plus abordables ne sont pas à l'abri des fluctuations du marché.

En réponse à ces défis, les marques françaises devront probablement réévaluer leurs stratégies de marché, renforcer leurs offres de véhicules électriques et hybrides, et peut-être même revisiter leurs politiques de prix et de promotion pour stimuler la demande. La capacité à s'adapter rapidement et à innover sera cruciale pour regagner du terrain et assurer une croissance durable à long terme.

Perspectives et Enjeux pour le Marché Automobile

Le marché automobile français, bien qu'il ait montré des signes de résilience, fait face à des défis importants qui pourraient influencer sa trajectoire dans les mois à venir. La baisse observée en mai 2024 pourrait être un indicateur de tendances plus larges affectant l'ensemble de l'industrie automobile en Europe.

Plusieurs facteurs pourraient expliquer cette tendance baissière. Premièrement, la fin des incitations fiscales pour le leasing électrique a réduit le volume des immatriculations, ce qui a un impact direct sur les chiffres du marché. Deuxièmement, la hausse des coûts des matières premières et les problèmes persistants de chaîne d'approvisionnement continuent de peser sur la production et les prix des véhicules.

Malgré ces défis, le marché des véhicules électriques continue de croître, soutenu par des politiques gouvernementales favorables et une demande accrue pour des solutions de mobilité durable. Les consommateurs sont de plus en plus conscients des avantages environnementaux et économiques des véhicules électriques, ce qui stimule la transition vers des modèles électrifiés.

L'évolution de la législation environnementale, tant au niveau national qu'européen, jouera également un rôle clé dans la direction que prendra le marché. Les normes d'émissions plus strictes et les interdictions progressives des véhicules thermiques dans certaines villes forcent les constructeurs à accélérer leur transition vers des modèles plus propres.

Les constructeurs automobiles devront également s'adapter aux nouvelles tendances de consommation, notamment l'essor des services de mobilité partagée et des solutions de mobilité urbaine. L'intégration de technologies avancées, comme la conduite autonome et les services connectés, sera essentielle pour attirer les consommateurs de demain.

En résumé, le marché automobile français traverse une période de transition complexe, marquée par des défis mais aussi par des opportunités significatives. Les marques qui réussiront à innover, à s'adapter aux nouvelles attentes des consommateurs et à répondre aux exigences réglementaires seront celles qui prospéreront dans ce nouvel environnement. L'année 2024 sera sans doute déterminante pour l'avenir de l'industrie automobile en France et en Europe.